Tout l'immobilier à Maisons Laffitte
29 jan

C’est le moment de faire estimer votre bien à Maisons-Laffitte !

AdobeStock_408977183

Le mois de décembre confirme la tendance de forte production de crédits immobiliers fin 2018. « Les taux, qui restent bas, nous ont permis d’avoir une hausse des nouvelles demandes de 13% au mois de décembre par rapport à décembre 2017 », indique Laurent Desmas, Président du Directoire de Cafpi. Sur l’année, le recul de la demande n’atteint plus que 4%, un niveau raisonnable après un début d’année difficile.

Les banques toujours prêteuses
Malgré la forte production de l’année, les banques n’ont pas « fermé le robinet du crédit » en décembre. Les emprunteurs profitent donc de taux toujours très bas, qui sont même à la baisse en ce mois de janvier (-0,10% en moyenne sur 15, 20 et 25 ans par rapport au mois de décembre). Ainsi les taux négociés par Cafpi en ce début d’année atteignent 0,70% sur 10 ans, 1% sur 15 ans, 1,15% sur 20 ans et 1,35% sur 25 ans.

Des prix stables
Sur la fin d’année, les prix de l’immobilier sont restés stables, permettant le maintien du pouvoir d’achat immobilier des ménages dans la quasi-totalité des grandes villes. « Par rapport au mois de novembre, les surfaces accessibles pour un prêt sur 20 ans avec une mensualité de 1 000 € ont peu évolué en décembre, avec des écarts de moins de 1m² », souligne Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi.

Des taux bas ouvrant d’autres opportunités
Le maintien des taux à un faible niveau a une autre vertu. Les ménages trop endettés peuvent profiter de cette occasion pour alléger la charge de leurs prêts. « En regroupant ses crédits, et en négociant un nouveau taux de crédit, il est possible de retrouver un équilibre financier, une bulle d’air, pour gérer au mieux son endettement, et envisager l’avenir et de futurs projets plus sereinement », explique Philippe Taboret.

Et 2019 ?
Ces conditions encore avantageuses pourront-elles se poursuivre en 2019 ? « Seul l’avenir nous le dira ! », indique Philippe Taboret. Pour rappel, si l’année 2018 a été merveilleuse pour l’immobilier existant avec des volumes de ventes en hausse par rapport à 2017, et un nombre de transactions record, l’immobilier neuf a montré lui des signes de ralentissement avec une production d’appartements ou de maisons individuelles en baisse.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée