Tout l'immobilier à Maisons Laffitte
7 Oct

Le marché est-il favorable à l’achat ou la vente d’un appartement à Maisons-Laffitte ?

Vous cherchez à acheter ou vendre un appartement à Maisons-Laffitte ? Cela n’a échappé à personne : l’immobilier est florissant. Il affiche même une santé insolente. Qu’en est-il précisément de l’Ile-de-France ? Faisons le point ensemble.

Dans la continuité des trimestres précédents et grâce à des conditions de financement exceptionnellement favorables, l’activité en Île-de-France est restée particulièrement soutenue au 2e trimestre 2019, avec une progression du nombre de ventes de logements anciens de 10% par rapport à la même période en 2018. Les hausses de prix, qui se sont légèrement accélérées à l’automne, restent plus fortes à Paris et en Petite Couronne qu’en Grande Couronne. Sous réserve de l’évolution des taux d’intérêt, les perspectives demeurent donc encore bien orientées pour les prochains mois.

Le marché est toujours dopé par l’attractivité des taux d’intérêt
Le facteur essentiel de cette situation est le rôle moteur et déterminant de la faiblesse des taux d’intérêt et d’un accès relativement aisé au crédit dans la bonne tenue de l’activité. En effet, et à l’opposé de ce qui était souvent attendu, une nouvelle baisse des taux des crédits à l’habitat s’est produite ces derniers mois, de 1,51% en mars 2019 à 1,39% en juin d’après la Banque de France (source Stat INFO, Montants des Crédits nouveaux, 1er août 2019). Les acquéreurs ont souhaité en profiter, essentiellement poussés par le besoin de se loger.

Dans le même temps, la confiance des ménages a continué de se redresser, en ligne avec un marché du travail amélioré, notamment en Île-de-France. Le contexte a donc facilité les ventes et poussé les acquéreurs à concrétiser leur achat.

Cependant, devenir propriétaire en Île-de-France exige un effort financier considérable pour la majeure partie des acquéreurs et la part des catégories socioprofessionnelles les plus aisées (artisans, chefs d’entreprises, cadres et professions intermédiaires) ne cesse d’augmenter dans le total des acquéreurs (73% en 2018 contre 60% en 1998).

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée